Accueil » A propos

A propos

Qui est la blogueuse de cuisine naturelle sans gluten ni lait ?


Marque “cuisine naturelle sans gluten ni lait” déposée en 2017 à l’INPI.


Présentation

Je m’appelle Caroline, j’ai 30 ans et j’habite à Montpellier. Je suis diplômée d’un BTS assistante secrétaire trilingue depuis 2009. J’ai voyagé en Angleterre, Andalousie, Irlande et Côte Est de l’Australie. Plutôt de nature bienveillante et autodidacte, j’aime apprendre de nouvelles choses. Je m’intéresse beaucoup à la santé au naturelle, le mieux-être, la nature, l’écologie, etc… J’aime beaucoup découvrir de nouvelles cultures notamment grâce au CouchSurfing qui permet de mettre en relation des voyageurs du monde entier ! Vous l’avez compris, j’adore m’enrichir humainement et la cuisine aussi c’est du partage et de l’amour ! ♥

 Caroline et les jus à l'extracteur

2009 – Mon parcours (du combattant !)

Vous vous demandez peut-être pourquoi je suis passionnée par la “cuisine sans” et par l’alimentation végétarienne voire végétalienne ?
Tout est parti d’une dégradation de mon système immunitaire suite à une mononucléose déclenchée fin 2009. Malheureusement non traitée car non détectée sur le moment. S’en est suivie une grande fatigue persistante, des maux de ventre incessants, des douleurs articulaires et musculaires, etc… Cette grosse baisse de vitalité impactait fortement mon moral. Les médecins et spécialistes ne trouvaient rien d’anormal dans les prises de sang et se tournaient vers le côté psy de ma fatigue ! Soit, mais pour moi il était clair que l’élément déclencheur avait été la mononucléose.

Au fur et à mesure de mon errance médicale, j’ai été suivie en médecine interne, service dans lequel j’ai été diagnostiquée encéphalomyélite myalgique (EM) communément appelé syndrome de fatigue chronique (SFC) en 2012.

Dégradation de mon système immunitaire suite à une mononucléose

Encéphalomyélite myalgique
(un bon début…)

L’encéphalomyélite myalgique est une maladie très handicapante, chronique et encore trop peu connue et reconnue par le corps médical français. J’y consacre un article dans lequel j’explique les symptômes, le diagnostique et la répercussion sur le quotidien. Je reste optimiste et j’y propose des outils à mettre en place pour accepter la maladie et améliorer la qualité de vie.

Les intolérances alimentaires
(on en rajoute !)

Malgré le diagnostique du SFC-EM posé, je n’allais pas mieux, j’avais toujours mes grosses douleurs au ventre en permanence ! Ne trouvant pas d’aide auprès de mon médecin traitant, j’ai décidé de mener moi-même ma petite enquête sur Internet. Il était évident pour moi que d’autres souffraient et il était encore plus évident que je puisse trouver la cause et aller mieux. J’y ai naturellement découvert le lactose et le gluten, termes jusqu’alors inconnus de mon vocabulaire. Je me suis donc vite intéressée à ces termes bizarres qui étaient en fait bien la cause de beaucoup de maux de ventre.

Les diagnostics {gluten & lait}

Je me suis rapprochée de mon médecin  traitant et j’ai réalisé certains tests pour déceler des intolérances alimentaires: breath test qui a révélé une intolérance au lactose puis coloscopie qui a écarté une maladie cœliaque c’est à dire une intolérance au gluten. Néanmoins, on peut être sensible ou hypersensible au gluten (c’est mon cas) sans qu’il n’y est pour l’instant de test fiable en France pour le détecter mise à part l’exclusion de celui-ci pendant quelques semaines avec une nette amélioration des symptômes voire une disparition. Je suis donc intolérante au lactose mais également à la caséine, le lactose étant le sucre du lait et la caséine sa protéine, et sensible au gluten.

Je suis intolérante au lactose, à la caséine et hypersensible au gluten.

La remise en question
de mon alimentation

En 2010 il n’y avait encore que peu d’informations sur les intolérances alimentaires en France, il m’était alors difficile de bien manger, en plus je ne savais pas cuisiner et je n’aimais pas tellement ça ! Ça a donc été un coup dur ! J’ai dû prendre le temps de lire les étiquettes des produits sans y comprendre grand chose et j’ai même perdu 10 kilos à ne plus savoir que manger !

J’ai dû prendre le temps de lire les étiquettes

Cours de cuisine

Cette même année 2012, J’ai décidé de prendre des cours de cuisine et là j’ai eu un véritable déclic ! D‘une contrainte s’en est révélée une passion. Les cours théoriques suivis de la pratique m’ont permis de comprendre pourquoi cuisiner ainsi. Les couleurs, les textures, les nouvelles saveurs ont réveillées en moi une envie au delà du besoin de cuisiner avec des ingrédients différents pour moi jusqu’alors méconnus. Au début je suivais des recettes puis après j’ai laissé libre court à mon imagination pour créer de nouvelles recettes. Cela n’était pas toujours très bon surtout au niveau de la texture puis au fur et à mesure des essais, les plats s’adoucissaient.

En 2012, J’ai décidé de prendre des cours de cuisine et là j’ai eu un véritable déclic ! Les cours de cuisine théoriques et pratiques m’ont permis d’apprendre et de comprendre pourquoi cuisiner “sans”

Végétalienne à 99% depuis 2016

J’ai été 100% végétarienne à grande tendance végétalienne en 2016 et 2017. La première année était parfaite j’ai même minci et j’avais retrouvé une grande énergie mais durant la seconde année, mon état s’est dégradé.

Mon corps n’arrivais plus à digérer l’excès de légumineuses et de fibres

Suite à un ventre hyper ballonné en permanence (mais sans douleur), des flatulences excessives, une prise de poids de 10 kg et un appétit grandissant, j’ai dû revoir et réadapter mon alimentation. Mon corps n’arrivait plus à digérer l’excès de légumineuses et de fibres (apportées par une alimentation trop abondante en légumes crus notamment).

Ma rencontre avec le Dr Cozon

En 2019, j’ai été reçue à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon par le Docteur Grégoire Cozon, immunologue, spécialiste des déficits immunitaires.  
Cette rencontre m’a énormément apportée en mieux-être. 
Depuis, je me complémente quotidiennement à l’aide notamment d’extrait de pépins de pamplemousse (EPP), de probiotiques et de poudre magistrale blanche composée de minéraux. 

Hygiène alimentaire plus stricte et compléments alimentaires quotidiens pour soutenir le système immunitaire.

J’ai également revue certaines habitudes alimentaires, notamment la suppression de la consommation de levure et de moisissures (fruits trop mûrs…) dans mon alimentation et la congélation systématique de mes restes de repas au lieu de les conserver au réfrigérateur. Enfin, j’évite de conserver des denrées périssables ouvertes au réfrigérateur également. Tout ceci dans le but d’éviter la prolifération des mauvaises bactéries (frigo = nids à bactéries). 

Réadaptation de mon alimentation: rééquilibrage alimentaire

Depuis ma rencontre avec le Docteur Cozon, j’ai reperdu mes 10 kg en trop par rapport à mon poids de forme assez rapidement et naturellement. Je cuisine quasiment tout maison. Je mange varié et sain.
Je mange une grande partie des légumes à la vapeur douce ou je les passe à l’extracteur de jus pour leur enlever leurs fibres ! J’introduis cependant toujours une part de cru dans mon assiette, que je mange en premier. Enfin, j’intègre des herbes aromatiques et des épices pour faciliter la digestion

J’ai également découvert le régime pauvre en FODMAP’s. Il s’agit d’aliments fermentescibles, c’est à dire d’aliments qui fermentent et qui peuvent être à l’origine de troubles digestifs comme des ballonnements, des maux de ventre ou encore des diarrhées. Le principe est de supprimer toutes les catégories d’aliments riches en FODMAP et de les réintroduire catégorie par catégorie après 6 semaines d’arrêt afin de découvrir les éventuelles réactions. Le but est de vérifier si certaines catégories d’aliments sont mal tolérées pour ainsi les réduire, les limiter voir stopper.

L’importance des jeûnes intermittents

Je pratique très régulièrement le jeûne intermittent (jeûner pendant 16 heures) qui m’aide beaucoup. Autrement dit, je mange pendant une période de 8 heures dans la journée. Grossièrement, il s’agit de sauter un repas, la plupart du temps et par facilité, il s’agit du petit déjeuner. Par exemple, dîner à 20h et déjeuner le lendemain à midi. Je le faisais déjà naturellement. Le repos que je permets à mes intestins permet d’offrir de l’énergie là où mon corps en a besoin: énergie cérébrale, énergie pour guérir plus rapidement, etc… Un cadeau et un soin que l’on s’offre: une régénération chaque jour ! 

Après plus d’un an de pratique, je peux témoigner que mon corps et ma tête s’habituent et que je peux enfin ressentir la “vraie faim”. On mange souvent machinalement parce que c’est l’heure et parce que la société nous a éduqué ainsi. Personnellement j’aime faire les choses comme je les sens: j’ai faim, je mange, je n’ai pas faim, je ne mange pas. J’apprends à reconnaître les “faims émotionnelles” qui ne servent qu’à nourrir notre tristesse, notre ennui, notre colère, etc… Faites le test, c’est très intéressant de se redécouvrir ! 

Positive vibes (quand même !)

Cuisiner, manger et partager l’alimentation sans gluten, sans lait animal et à tendance végétarienne m’apporte beaucoup. Elle m’a permis de retrouver un certain tonus et une plus grande vitalité. Elle m’a également fait disparaître la plus grande partie de mes maux de ventre et me rend heureuse et sereine. J’apprends tous les jours et j’adapte mon alimentation suivant les signes que m’envoient mon corps.

Au début, il faut prendre ses marques et réapprendre à cuisiner autrement

Manger “sans” ne doit pas être une fatalité mais bien une prise de conscience. Une nouvelle cuisine pleine de nouvelles saveurs s’offre à nous ! On pense être privé de beaucoup d’aliments alors qu’en réalité on découvre une palette insoupçonnée de farines sans gluten, d’épices, de boissons et d’alternatives végétales, etc. On mange plus varié, plus coloré et moins transformé. Au début, il faut prendre ses marques et réapprendre à cuisiner autrement. On découvre de nouvelles céréales sans gluten, de bons légumes de saison, etc. Quand on a les aliments de base de cette alimentation alternative, dite de conscience, on peut cuisiner simple, rapide, sain et gourmand !

Manger “sans” ne doit pas être une fatalité mais bien une prise de conscience et une ouverture vers plein de nouvelles saveurs


Prendre du plaisir en mangeant, c’est important ! Et si l’on peut partager cette cuisine en la faisant découvrir et apprécier à notre entourage, c’est super ! ♥


Animation atelier cuisine

Coaching cuisine naturelle

Je souhaite vous apprendre à cuisiner autrement grâce à un coaching personnalisé. Je propose des cours en présentiel mais également en appel audio ou vidéo. En 2012 j’ai investi quelques centaines d’euros pour apprendre à cuisiner de nouveaux aliments. Je ne regrette pour rien au monde car j’ai énormément appris en peu de temps. L’expérience et la bienveillance sont importants pour une bonne transmission du savoir. L’échange est primordial, le retour d’expérience, etc… L’interactivité fait gagner un temps fou sur toutes les questions que l’on se pose ! Le coaching en live permet même d’anticiper les questions. Au final, on découvre bien plus que ce que l’on ne pensait appendre pendant la formation.


Suivez cuisine naturelle sur les réseaux sociaux !

Je vous invite à suivre mes aventures et découvertes culinaires sur les réseaux sociaux: Instagram, FacebookPinterest et YouTube.


Ils me font confiance

Exquidia

La Noix Tigrée

Les jus PAF

ImuPro


Ils m’ont fait confiance

Agence Feel Good

Les demoiselles de Montpellier

Agence ALC events


Elles parlent de moi

Astrid du blog The belly brain

Sarra du blog Quinoa & Basmati

Valérie du site Happy and bio


A bientôt !✿

Caroline cuisine

logo cuisine naturelle