15 approches alimentaires décodées

Entre les régimes que l’on s’impose à soi-même pour mincir, les choix alimentaires pour retrouver un bien-être et les interdictions ou restrictions que l’on doit subir et accepter pour notre santé (intolérances ou allergies), bien tant de raisons qui nous font découvrir et adopter une nouvelle alimentation. Mais le plus important est de trouver SON équilibre alimentaire !

Apprendre à écouter et comprendre les signaux de son corps

On ne change pas son alimentation du jour au lendemain (sauf en cas d’allergie ou intolérances bien sûr). On grandi dans un environnement qui souvent nous impose une nourriture donnée, puis en grandissant notre palais change, nos envies de découvrir de nouveaux goûts ou au contraire de s’en éloigner évoluent également. Mais dans tous les cas il est important de se faire plaisir avec ce que l’on peut manger et SURTOUT écouter son corps, écouter les alertes qu’il nous envoie. Notre organisme peut nous faire comprendre qu’il accepte mal un aliment par différents signes, digestifs bien sûr mais également plus sournois comme par des problèmes cutanés ou encore des troubles de l’humeur ou du comportement.

alimentaires


Je vous propose de découvrir ou redécouvrir
un éventail de différentes pratiques alimentaires:


# 1 – Omnivore

Qui se nourrit d’aliment d’origine végétale ou animale. Bref, il mange de tout.

# 2 – Flexitarien

Qui tend à manger moins de viande, mais souvent pour des raisons sociales mange de la viande ou poisson en dehors de chez lui pour éviter les contraintes. Il se peut que ces personnes aussi mange seulement une fois par semaine de la viande mais de qualité et locale et avec le temps, de moins en moins voire plus du tout: il s’agit alors d’une « transition douce » vers le végétarisme.

# 3 – Végétarien

Exclut toute chaire animale de son alimentation: viande, volaille et poisson.

# 4 – Végétalien

Exclut tout aliment d’origine animal: donc viande, poisson mais également les œufs, le lait, le fromage et le miel.

# 5 – Vegan

Complète la démarche du végétalien à son mode de vie, c’est à dire qu’il exclut toute exploitation animale de son quotidien donc ne porte pas de cuir, de laine, refuse d’aller au zoo ou autre parc aquatique, refuse la cosmétique et les produits d’hygiène testés sur les animaux, etc…

# 6 – Crudivore

Pratique alimentaire basée sur les aliments crus, autrement appelé : « alimentation vivante », le crudivore ne consomme que des aliments crus ou cuits à basse température ne dépassant pas les 42°, température au delà de laquelle les nutriments, les vitamines et les enzymes commencent à être détruits. Un crudivore mange des fruits, légumes, graines, graines germées et noix mais également des mélanges de produits bruts (crus) qui sont déshydratés (grâce à un déshydrateur) comme des gâteaux, des crackers salés, des fruits séchés, des pizzas végétales, etc… Beaucoup de préparations pour le petit déjeuner grâce notamment au blender  aussi comme les laits végétaux, les smoothies, les crèmes sucrées ou salées (guacamole, hummous, etc…), les boules énergisantes, etc… Ou encore on peut cuire naturellement grâce aux marinades ! Cuisine inventive et colorée !

alimentaires

# 7 – Paléolitique (paléo)

Alimentation qui s’approche de nos ancêtres préhistoriques qui étaient chasseurs cueilleurs. Ce mode de vie exclut donc tout aliment transformé donc tout produits industriels. Sont exclus les produits laitiers, les produits céréaliers (donc pas de gluten), les légumineuses, le sucre raffiné, etc… Sont privilégiés les fruits, les légumes, les viandes maigres, la volaille, le poisson, les fruits de mer, les œufs, les graines, les noix, les baies, etc…

# 8 – Alimentation hypotoxique ou ancestrale (régime Seignalet)

Mode alimentaire porté par le Docteur Jean Seignalet, qui se révèle préventif et bénéfique dans de nombreuses « maladies modernes » notamment dans le cas des maladies auto-immunes, des cancers, de la dépression nerveuse, du psoriasis, de l’asthme, etc… Le régime Seignalet prône une alimentation sans gluten ni lait animal et une cuisson à basse température en privilégiant largement les aliments bio ou d’agriculture raisonnée.

# 9 – Diète cétogène (low carb high fat)

Régime d’abord thérapeutique, qui consiste à manger très peu de glucides: sucres, fruits, pommes de terre, riz, pâtes, etc… Et beaucoup de bonnes graisses: avocat, huile de coco, huiles vierges biologiques première pression à froid, beurre, volaille, poisson, fromages, oléagineux,etc…
80% de lipides (bonnes graisses), 15% de protéines (œufs, protéines animales, etc…) et 5% de glucides (légumes surtout les verts feuillus dont chou kale, épinard, brocolis…). Les corps cétoniques vont fournir l’énergie nécessaire. Bénéfices cliniques prouvés pour les épileptiques et voie de recherche pour Parkinson et Alzeimer. Cependant il n’est pas recommandé d’utiliser ce régime cétogène dont l’unique visée est de maigrir. 

# 10 – Régime sans FODMAPS
(ponctuel sur une courte durée)

Il permet de soulager les troubles intestinaux chroniques (dont le fameux colon irritable). Les FODMAPS sont des sucres peu digestes naturellement présents dans de nombreux aliments comme les légumes, les fruits, les champignons, les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, etc… Ces sucres peuvent provoquer des maux de ventre de façon chroniques. Il ne s’agit pas ici d’enlever tous les aliments incriminés sur du long terme mais de les supprimer totalement sur quelques semaines puis réintroduire catégorie par catégorie pour pouvoir observer notre ventre et ses réactions. Voici un lien ici pour le diagnostic et le protocole version très vulgarisée et un autre lien ici expliquant les différentes catégories de sucres à éviter un certain temps.

alimentaires

# 11 – Régimes à index glycémiques bas (IG bas)

Le but de cette alimentation est d’éviter les aliments à IG élevés: farine de riz, sucre blanc, frites, galettes de riz soufflé, miel, bière, dattes, carotte cuite etc… Et de favoriser ceux à IG faible: avocat, pamplemousse, concombre, courgette, carotte crue, lentilles corail, pois chiches, fruits rouges, chocolat noir faible en sucre et élevé en cacao, etc… Les aliments à IG élevé provoquent des pics de glycémie qui sont suivis de réactions hypoglycémiques (chute).
Exemple concret: un paquet de gâteaux sans gluten très sucré (en plus sucre blanc), je vais manger tout le paquet car le sucre appelle le sucre, je vais avoir plein d’énergie et être excité pendant un instant et après je serai au ralenti avec une envie de dormir… Donc manger plus d’aliments IG moyen ou faible et moins d’aliments IG élevé permet d’avoir plus d’énergie et moins de coup de barre. Plus un aliment a un index proche de 100, plus l’organisme a tendance à le transformer en graisse. Donc favoriser les IG bas favorise la perte de poids !

# 12 – Régime sans gluten

Alimentation qui exclue tout aliment et produit qui contient du gluten. Définition vulgarisée et très simplifiée: le gluten est une protéine qui est contenue dans certaines céréales comme le blé, le seigle, l’orge, l’épeautre, etc… Diminuer ou exclure le gluten permet souvent une amélioration de l’humeur une diminution des ballonnements, des coups de pompe après les repas, l’éviction améliore le comportement, l’attention et le quotidien des enfants hyperactifs et autistes. Attention: avant d’entreprendre une éviction du gluten, il est vivement conseillé de consulter un gastro-entérologue pour éliminer une éventuelle maladie cœliaque (intolérance au gluten) qui, dans ce cas, demande une éviction stricte et à vie pour ne pas développer des complications pouvant déclencher de nombreux problèmes de santé. En effet, si l’on est malade cœliaque et que l’on consomme du gluten, l’organisme va déclencher des anticorps qui vont, à la longue, détruire progressivement la paroi de l’intestin grêle (inflammation) on parle alors d’atrophie villositaire intestinale, ce qui peut engendrer des complications (malabsorption des nutriments donc des carences nutritionnelles, anémie, ostéoporose, etc…) et dans certains cas moins fréquents, le déclenchement de maladie auto-immunes peuvent survenir.

# 13 – Régime sans lait, lactose et caséine

Exclure le lait peut être par choix pour sa santé (prévenir l’ostéoporose ou éliminer l’eczéma par exemple) ou alors par déficience de lactase appelée intolérance au lactose (sucre du lait). Si en enlevant le lactose de son alimentation, les douleurs abdominales persistent, alors la caséine (protéine du lait de vache) doit probablement être en cause aussi ce qui amène à supprimer le lait en général sous toute ses formes (fromage, crème, yaourts, etc…) et dans ce cas les laits sans lactose n’aideront pas, il faudra alors se tourner vers les boissons végétales comme celles au riz, soja ou encore amandes pour les plus connus.

# 14 – Régime acido-basique

Régime qui consiste à diminuer la consommation des aliments acidifiants: lait, viande, sucre, alcool, la plupart des céréales, en faveur de ceux plus alcalinisants: légumes verts, citron, banane mûre, patate douce, etc… D’une manière générale, il est important d‘augmenter sa consommation de végétaux (fruits et légumes) et de diminuer sa consommation de produits carnés notamment la viande rouge, mais également le lait, l’alcool, le café, les sodas et le sucre blanc dit raffiné pour garantir l’équilibre acido-basique. Pour un bon équilibre, notre alimentation devrait être composée de 80% d’aliments alcalins et de 20% d’aliments acides. Plus l’organisme s’acidifie chroniquement, plus il offre un terrain propice au développement de maladies. Les maladies se déclenchent dans un corps acide (alimentation acidifiante mais également pollution et stress).

alimentaires

# 15 – Nutrition ayurvédique (cuisine indienne)

L’ayurvéda est une médecine traditionnelle pratiquée en Inde mais considérée comme médecine alternative en Occident. La nutrition ayurvédique est un moyen de soigner et de prévenir les maladies par l’équilibre des aliments et des épices afin de rendre les repas digestes tout étant nourrissant. Elle vise à la stabilité du corps, des sens, de l’esprit et de la conscience. Ce régime alimentaire rééquilibrerait le dysfonctionnement en utilisant les énergies émotionnelles et spirituelles. C’est aussi une façon de vivre en harmonie avec la nature et soi-même. Le régime alimentaire ayurvédique s’applique à stabiliser les énergies spirituelles et mentales grâce à un bon équilibre entre les 6 saveurs (sucré, salé, amer, acide, etc…) et les 5 éléments (eau, air, feu, etc…) . L’alimentation et la digestion affecte l’état mental et psychologique d’où le fait que manger de la viande ne soit pas favorable dans cette cuisine car les animaux morts demandent beaucoup d’énergie (l’énergie vitale) pour être digérer et favorise la colère et la violence mais favorise également l’accumulation de toxines d’où des raideurs et des pathologies articulaires qui se voient se développer avec le temps.


Mon alimentation actuelle (2018)

Je mange sans gluten ni produits laitiers depuis 2011/12. En 2016 et 2017 j’ai été végétarienne pendant 2 années et actuellement (2018) je réintroduis des protéines animales pour ma santé car j’ai eu quelques complications. Je n’ai pas été carencée mais j’ai mangé trop de fibres, trop cru et mon ventre était hyper ballonné en permanence. Je n’arrivais plus à digérer correctement les protéines végétales comme les légumineuses. Avec un rééquilibrage alimentaire et la réintroduction des œufs et du poulet, j’espère pouvoir rapidement mieux digérer les protéines végétales et revenir à une alimentation sans cruauté animale…

L’importance d’écouter son corps
et d’adopter une alimentation saine

En bref, il est important d’apprendre à écouter son corps pour ne plus vivre dans la douleur physique ainsi, le moral et le mental iront mieux aussi. Il est tout de même important de se faire plaisir mais en variant et diversifiant son alimentation, en privilégiant les aliments les moins transformés, les moins industriels avec une étiquette qui comporte peu d’ingrédients et bien sûr favoriser les circuits courts. Les marchés par exemple qui permettent d’acheter local et bio ou d’agriculture raisonnée.

Ce qui est bon pour toi ne l’est peut-être pas pour moi !

Un aliment en apparence sain pourra mal être supporté par mon corps aujourd’hui (peut-être par une inflammation déjà présente) mais pourra peut-être mieux être supporté plus tard. Aussi, ce qui est bon pour moi ne l’est pas nécessairement pour toi et inversement ! On ne peut pas appliquer les mêmes conseils à toutes les personnes ! Je pense qu’il est bon de laisser notre corps nous parler, nous dire ce qu’il accepte ou non à ce moment T (bien sûr on ne va pas essayer de manger un aliment si on y est allergique, ça va de soi !). Donc TESTER, ATTENDRE et ANALYSER.

Un mode d’alimentation n’est pas nécessairement définitif

Un mode alimentaire peut être suivi pendant un certain temps (mois ou une année par exemple) pour retrouver du tonus et/ou pour se détoxifier. Mais il n’est pas rare qu’une alimentation ne soit que passagère comme elle peut aussi être sur le long terme voire à vie (notamment pour les allergies).

☆ Et toi, à ce moment T de ta vie,
quelle alimentation te convient le mieux et pour quelles raisons ? ☆

Pas de commentaire

Laisser un commentaire